Questions des citoyens

Questions des citoyens posées au Conseil Municipal

Questions des citoyens / Conseil Municipal du 16 novembre 2020

Questions posées par des citoyens :

Question de Francis : vous avez institué une zone bleue dans le cœur du village et j’ai considéré que c’était une très bonne initiative. Cependant, ces derniers mois j’ai pu constater qu’elle est de moins en moins respectée et que le nombre de voitures ventouses augmente. Que comptez-vous faire ?

Réponse : l’installation d’une zone bleue sur une partie du cœur du village, mise en place par l’équipe précédente en 2019, a été un succès créant une plus grande fluidité dans l’accès aux commerces et cela a été plébiscité par les clients comme par les commerçants.

À partir du confinement du 17 mars, la circulation ayant baissé de manière drastique la surveillance de cette obligation est devenue secondaire. Au cours du mois de septembre nous avons dû à nouveau faire de la pédagogie pour faire respecter cette zone bleue mais bien sûr depuis le retour d’un confinement relatif avec la fermeture de plusieurs commerces, le problème se pose moins.

Lorsque les premières mesures d’assouplissement du confinement seront prises, nous veillerons avec la police municipale à faire respecter la zone bleue, avec naturellement au début une intervention pédagogique.

 

Question de Clément : vous venez de refaire le parking du bas des escaliers de la place Jean Jaurès et le parvis de la poste, c’est une bonne chose. Mais comptez-vous planter des arbres sur la place Jean Jaurès ?

Réponse : comme nous en avons pris l’engagement dans le programme municipal, la première action consistait dans la réalisation de cette zone de parking essentiellement constitué de pavés autobloquants avec de petites cannellettes et un système de drainage rendant cet espace perméable. À la demande des services de la poste, la partie avant de leur établissement s’est faite avec un simple enrobé. Cette réalisation va servir de modèle à la réalisation d’autre parking dans la Métropole car elle est assez exemplaire. Cela a coûté 140 000 € financés par Grabels dans le cadre de l’attribution de compensation de plus de 500 000 € que la loi nous impose de verser chaque année à la Métropole pour les travaux de voirie. C’est ainsi qu’ont pu être aussi réalisé par la Métropole et financé par Grabels les importants chantiers de la rue du Calvaire et de la rue du Grand Champ.

Maintenant nous passons à la deuxième étape comme nous l’avions annoncé : le verdissement de la place Jean Jaurès. Nous avons commandé cette réalisation au service de la Métropole et les services nous ferons parvenir plusieurs propositions qui seront choisies dans la concertation avec les citoyens et qui sera financé dans le même cadre.

 

Question de Fabienne : à la suite d’un référendum, vous étiez engagés à une extinction nocturne de l’éclairage public. Certains voisins me disent que cela aurait commencé mais je ne l’ai pas constaté. Qu’en est-il ?

Réponse : effectivement, en juin 2018, une votation citoyenne avait été organisée à la suite d’un débat public et 80 % des participants avaient plébiscité l’extinction nocturne de l’éclairage public. Précisons qu’il s’agissait d’une extinction partielle de certaines voies et entre une heure du matin jusqu’à cinq heures du matin. La mise en œuvre de ce dispositif nécessite deux préalables : d’une part, une étude par les services de la Métropole et de la coopérative d’électricité de la faisabilité du réseau actuel et de sa configuration. Ce travail a été suspendu pendant la période électorale et surtout pendant la période de confinement. Nous avons demandé récemment qu’il soit repris. D’autre part la signalétique de panneaux de circulation doit être adaptée à l’absence d’éclairage public, comme nous y oblige la loi. Les services de voiries de la métropole ont donc recensé les vieux panneaux à modifier et vont les désinstaller au cours du premier semestre 2021.

Si ces deux conditions préalables sont réunies, nous ferons une expérimentation sur la période estivale juin – juillet - août. Après quoi nous ferons un bilan et un débat public pour savoir si nous généralisons cette expérimentation. En attendant, à chaque fois qu’il y a une panne sur les candélabres d’une rue, ne croyez pas que l’opération a commencé…

 

Questions des conseillers municipaux.

Question 1 : de nombreux grabellois ont été victimes d’actes de cambriolage ou constatent des incivilités (décharges sauvages notamment) sur le territoire de la commune. Un collectif citoyen a été créé demandant un renforcement de la sécurité publique passant notamment par l’installation de caméras de vidéo protection.

Comment compter vous renforcer la sécurité, en particulier sur le quartier de la valsière. Quand soumettrez-vous une délibération au conseil municipal sur l’installation de caméras de vidéoprotection ?

Réponse : comme nous l’avons déjà répondu à des administrés et en particulier au collectif citoyen avec lequel nous nous sommes longuement entretenus, cette importante question fera partie de l’ordre du jour du prochain conseil municipal du mois de décembre. Actuellement, nous préparons ses délibérations par un travail concret et sérieux avec la police municipale, la gendarmerie nationale et différentes contributions citoyennes, avec notamment la participation bénévole d’une personnalité chargée de conseiller sur la tranquillité civile dans notre commune (Mme Dominique Petit-Sinturel).

 

Question 2 : Cela fait presque un an et demi que s’est tenue à Grabels une réunion publique sur les aménagements de protection contre les inondations du Rieumassel. Lors de cette réunion a été présenté un calendrier prévoyant une acquisition à l’amiable des terrains bordant le Rieumassel et pour le Bassin G, lors du deuxième semestre 2019 et un démarrage de travaux de l’agrandissement du bassin G fin 2020.

Or aujourd’hui il semblerait que ces acquisitions foncières soient au point mort et que les travaux tardent à démarrer.

Pourquoi ces retards dans le calendrier promis par les élus? Quand les travaux prévus seront-ils réalisés ?

Réponse : nous rappelons que ces travaux se font sous la maîtrise d’ouvrage de la métropole avec un financement partagé de l’État, de la région et de la métropole dans le cadre de l’avenant du PAPI II actuellement mis en œuvre. Comme nous en avons informé les associations concernées, la mise au point technique précise du programme de travaux nous a été présentée par les services de la métropole au mois de juillet (donc après la période électorale et de confinement sanitaire). Tous les propriétaires fonciers ont été contactés par le service foncier de la métropole et étaient donc dans l’attente du métrage précis des terrains à acquérir, métrage qui ne pouvait être défini qu’une fois ce programme technique de travaux achevés. Les contacts ont donc repris depuis cet été et les négociations amiables foncières ne sont pas achevées. La Métropole nous a informés que dès le début de l’année 2021 la finalisation des études de conception niveau PROJET serait acquise, pour courant 2021 lancer toutes les procédures administratives, l’enquête publique et l’ autorisation des travaux qui sont obligatoires  avant le déclenchement des travaux et nous ne manquerons pas à cette occasion de largement informer nos concitoyens.

 

Question 3 : vous vous étiez engagés de poursuivre la démarche initiée en 2018 pour l’enfouissement de la ligne à Haute Tension sur la Valsière

Où en est la constitution du dossier d’autorisation à la Commission de Régulation de l’Energie ? Quels sont les engagements financiers et à quel hauteur que vous avez pu obtenir de la part des aménageurs et de la Métropole ?

Réponse : l’enfouissement de la ligne à haute tension fait partie des engagements de notre programme électoral. Avant de parler d’engagements financiers des uns et les autres, il faut obtenir le feu vert de la commission de régulation de l’énergie à l’échelle nationale et pour cela déposer un dossier solide. Pour déposer un tel dossier, il faut lancer un marché public de consultation pour être accompagné par un cabinet spécialisé. Cette question aurait pu parfaitement être posée lors de l’élaboration du budget 2020. Adopté le 10 juillet dernier, dans le contexte d’une crise sanitaire majeure qui nous a obligé à engager des dépenses supplémentaires imprévues, le budget 2020 ne contenait plus des lignes budgétaires que nous avions prévues dans l’élaboration initiales, ce que tout le monde comprend aisément. Dans ce cadre, nous avons fait le choix de maintenir l’étude de programmation des travaux de réhabilitation thermique et naturelle de l’école élémentaire Joseph Delteil et nous avons suspendu pour cette année d’autre étude importante, comme celles concernant l’enfouissement de la ligne à haute tension. Lors de l’élaboration du prochain budget pour l’année 2021, le débat pourra être repris et nous étudierons la possibilité d’y inscrire cette étude pour un projet auquel nous tenons beaucoup.