L'eau

La Régie des Eaux de Montpellier Méditerranée Métropole en ligne

site internet de la régie de l'eau de Montpellier

Aqua d'Oc - Régie des Eaux de Montpellier Méditerranée Métropole élit son Président et nomme son futur directeur


(Photo : Montpellier Méditerranée Métropole)

A l'occasion de sa première séance plénière, le Conseil d'Administration d'Aqua d'Oc – Régie des Eaux de Montpellier Méditerranée Métropole a élu son Président, René Revol, et son Vice-président, Thierry Ruf, parmi les membres de son assemblée. Comme le prévoient les statuts de la régie, sous le régime de l'autonomie financière et de la personnalité morale, le Président a désigné officiellement son représentant légal. Directeur du projet de régie au sein des équipes de Montpellier Méditerranée Métropole, Grégory Vallée va poursuivre ainsi sa mission de mise en œuvre de la politique d'eau publique de la Métropole de M ontpellier sous les fonctions de directeur d'Aqua d'Oc.

Le Conseil d'Administration d'Aqua d'Oc - Régie des Eaux de Montpellier Méditerranée Métropole

La régie publique à autonomie financière et à personnalité morale est dirigée par un Conseil d'Administration doté d'un pouvoir délibératif. Il associe une majorité d'élus de Montpellier Méditerranée Métropole (14), 4 représentants d'associations d'usagers et/ou de défense de l'environnement, une personnalité qualifiée et un représentant du personnel de la régie. Cet organe se réunira au moins une fois par trimestre. Le choix de la gouvernance partagée entre élus et citoyens a pour ambition de placer l'usager au cœur des décisions. Les grandes orientations de la politique du service public d'eau potable et les modalités de sa mise en œuvre par la régie, notamment la fixation d'un prix plafond de l'eau, seront encadrées par une convention d'objectifs, soumise d'ici la fin de l'année à l'approbation du Conseil de la Métropole.

Les 20 membres du Conseil d'Administration

Les élus de Montpellier Méditerranée Métropole :

  • Pierre Bonnal (Le Crès)
  • Renaud Calvat (Jacou)
  • Chantal Clarac (Villeneuve-lès-Maguelone)
  • Carole Donada (Lattes)
  • Pierre Dudieuzère (Vendargues)
  • Jackie Galabrun-Boulbes (Saint-Drézéry)
  • Isabelle Gianiel (Pérols)
  • Pascal Krzyzanski (Montpellier)
  • Eliane Lloret (Sussargues)
  • Jean-Marc Lussert (Prades le Lez)
  • Khanthaly Phoutthasang (Montpellier)
  • René Revol (Grabels)
  • Jean-Luc Savy (Juvignac)
  • Isabelle Touzard (Murviel-les-Montpellier)

Les membres issus d'associations :

  • Jacqueline Jamet, CLCV
  • Claude Neuschwander, association Mare Nostrum
  • Thierry Uso, Eau Secours 34
  • Cathy Vignon, Paillade Mosson Coulée Verte

La personnalité qualifiée : Thierry Ruf

Le représentant du personnel : Samuel Simon

Grégory Vallée, futur directeur de la régie

Originaire du Havre, cet ingénieur chimiste de formation de 41 ans a travaillé pendant 12 ans au sein d'un important opérateur privé dans le domaine de la gestion de l'eau en Haute Normandie, Basse Normandie et Picardie. Ses dernières expériences l'ont amené à diriger des structures opérationnelles en charge de la gestion de services publics d'eau et d'assainissement de collectivités locales et d'industriels. En tant que nouveau directeur, il aura notamment pour priorité de garantir une transition apaisée socialement et d'assurer une continuité de service transparente pour les usagers.

(Source : Montpellier Méditerranée Métropople)

Régie publique de l'eau: 1ère réunion du comité citoyen de suivi - 25 juin 2014

Sécuriser l’eau de la Mosson : renouvellement des canalisations du réseau d’assainissement

Philippe Saurel, Président de Montpellier Agglomération et René Revol, Maire de Grabels, ont inauguré le 28 août 2014, la nouvelle canalisation d'assainissement sur la commune de Grabels, permettant de protéger définitivement les eaux de la Mosson.

> Lire l'article

Votation citoyenne sur la gestion de l'eau du 21 au 28 mai 2013

L’eau potable : un nouveau chantier pour Montpellier Agglomération

Au 1er janvier 2010, un nouveau chantier a été confié par arrêté préfectoral à Montpellier Agglomération avec l’attribution de la compétence Eau potable.

Cette nouvelle compétence s'ajoute ainsi à l'Assainissement, la Lutte contre les inondations et l'Eau brute, et confère à l'Agglomération la maîtrise totale du cycle de l'eau, de la préservation de cette ressource à la protection du milieu naturel, en passant par la lutte contre les inondations. L'objectif de Montpellier Agglomération est d'assurer la sécurité d'approvisionnement en eau des habitants de son territoire, grâce à une gestion équilibrée des ressources et à l'interconnexion des réseaux, et de garantir sa qualité.

 

 

Les communes* qui étaient auparavant en gestion autonome, et non rattachées à un syndicat intercommunal, sont désormais directement gérées par Montpellier Agglomération. Les usagers ont ainsi un interlocuteur unique pour l'eau et l'assainissement : la Communauté d'Agglomération. Concernant le prix de l'eau, ce sera celui en vigueur au 31 décembre 2009. Pour les autres, le prix de l'eau sera fixé par les syndicats auxquels elles sont aujourd'hui rattachées et les habitants doivent continuer à contacter le délégataire du service en cas de problème.

Un schéma directeur de l'eau potable en 2010
Montpellier Agglomération lance l'élaboration d'un schéma directeur, en collaboration avec l'ensemble des communes de son territoire, à l'image du travail réalisé en matière d'assainissement qui porte ses fruits. Ce travail permettra de gérer de façon cohérente, à l'échelle du territoire de l'Agglomération de Montpellier, la ressource en eau potable.

Ce Schéma Directeur déterminera, grâce à un diagnostic sur l'existant, les travaux à réaliser (travaux d'urgence, modernisation, suppression ou création de réseaux), le mode de gestion du service, la planification de son développement ou encore l'harmonisation du prix de l'eau.

* Grabels, Juvignac, Lattes, Montferrier-sur-Lez, Montpellier, Prades le Lez, Saint-Brès, Sussargues et Villeneuve-lès-Maguelone

(source : Montpellier Agglomération)

L'eau

Le cycle de l'eau à Grabels
Depuis les pluies et les inondations qu'elles sont susceptibles d'engendrer et l'entretien des cours d'eau... jusqu'au rejet des « eaux usées » et des eaux de ruissellement... en passant par l'alimentation de tous les foyers en eau potable, ... Pour une ville comme Grabels, la gestion de l'eau dans son ensemble n'est pas une mince affaire !

+ d'infos :
Lutte contre les inondations : les bassins de rétention
Le projet d'aménagement du Rieumassel
L'eau potable à Grabels

Le saviez-vous ?Au cours du cycle qu'elle accomplit sur notre planète, l'eau passe à travers différents réservoirs naturels. Elle peut ainsi se solidifier pour 8000 ans au sommet d'un glacier, ruisseler pendant 15 jours sous forme de cours d'eau, ou encore pénétrer le sol et alimenter une nappe souterraine. Là, une goutte d'eau sera prise au piège pour une durée de 1400 ans en moyenne... mais dans le sous-sol du Sahara, les nappes sont si difficiles d'accès que l'eau met 70 000 ans à s'y renouveler ! Retournée à l'océan, une goutte d'eau restera 3000 ans avant de s'évaporer ! 17 ans si elle se retrouve dans un lac d'eau douce. Après s'être évaporée, elle restera 8 jours dans l'atmosphère puis elle rejoindra un nuage de pluie...

L'eau potable

L'eau du robinet : d'où vient-elle ?
D'une manière générale, l'eau potable est pompée d'une rivière, d'un lac ou d'un forage. Elle est filtrée, analysée, surveillée en permanence, et chlorée.

L'eau à l'état naturel nécessite, presque partout en France, un traitement pour être propre à la consommation humaine. Cependant, la qualité sanitaire de l'eau des Français est aujourd'hui l'une des meilleures du monde !

A Grabels...
Deux forages permettent d'alimenter 80% des foyers (hors période estivale).
- Le premier est situé le long de la rue du Château, face au Château de Grabels.
- Le second, le forage du Pradas, se trouve sur le flan ouest du plateau de la Goule de Laval.

Pour ces deux forages, la quantité d'eau autorisée au prélèvement est limitée. C'est la raison pour laquelle le réseau d'eau potable de Grabels est connecté à celui de Montpellier. L'été, lorsque le niveau des nappes souterraines baisse sensiblement, la commune s'alimente auprès de la ville de Montpellier.

L'idée d'exploiter d'autres forages sur le territoire de Grabels, pour tendre vers l'autonomie totale de la commune en matière d'eau potable est bien entendu envisagée.

Mais de nombreuses contraintes sont liées à l'exploitation de nouveaux captages :

- d'une part, rares sont les endroits où l'on peut trouver de l'eau dans notre commune.
- d'autre part, les zones de captage d'eau sont soumises à des périmètres de protection répondant à des normes très strictes :
- le périmètre de protection immédiate (clôture située aux abords de l'ouvrage) permet d'éviter les déversements et infiltrations d'éléments polluants.
- le périmètre de protection rapprochée dépend des caractéristiques des nappes aquifères et de la nature des pollutions possibles. A l'intérieur du périmètre de protection rapprochée, toutes les activités ou installations de nature à nuire à la qualité des eaux peuvent être interdites (assainissement autonome, cultures, stockage de produits toxiques, dépôts, etc...) pour le moment, aucun site à Grabels ne rempli tous les critères...

Pas de doute, l'eau potable est bien une richesse qu'il convient de préserver, elle est appelée à devenir de plus en plus rare... Et de la qualité de l'eau dépend notre santé...

La SAUR gère notre eau...
La ville de Gabels a confié la gestion du service d'eau potable à la SAUR depuis le 1er novembre 2003, pour une durée de 10 ans. Elle assure les opérations de pompage, le contrôle et le traitement de l'eau, le suivi de la qualité du réseau d'eau potable, ...

Depuis le 1.01.2010 la communauté d’Agglomération de Montpellier a pris la compétence de l’EAU POTABLE, en conservant la convention avec la SAUR jusqu’au 1.novembre 2013.
Dans sa délibération du 27.04.2009, le Conseil municipal a adopté un vœu pour demander la poursuite par l'Agglomération des travaux prévus sur la commune de Grabels pour les 5 ans à venir dans le cadre du Schéma directeur d'aménagement d'eau potable, une baisse significative du prix de l'eau pour les usagers, un audit indépendant et un débat public sur le mode actuel de gestion de l'eau qui pourraient être suivis d'un référendum local. Enfin : « L’eau étant un bien commun fondamental de l'Humanité et une ressource stratégique du 21ème siècle, la question est posée du retour à une gestion directe en régie par la collectivité publique et en conséquence des dispositions pour s’y préparer techniquement.».

La lutte contre les inondations

La lutte contre les inondations : Les bassins de rétention
La ville de Grabels a entrepris un vaste programme de lutte contre les inondations : 4 bassins de rétention sont prévus dans la plaine du Rieumassel. Le plus grand bassin, le bassin G, sur le lieu dit de l'Arbre Blanc vient d'être achevé. Il sera bientôt un site végétalisé destiné aux  loisirs. (voir photo ci-dessous).

Télécharger la carte des bassins de rétention (format pdf 3,31 mo)

La réalisation des bassins de rétention, comme tout projet de grande envergure, sous-entend une phase longue et complexe d'acquisition des terrains sur lesquels le projet va prendre place. Aujourd'hui, 95% des parcelles concernées par l'implantation du bassin de rétention G sont acquises. Son aménagement est donc imminent et l'on peut légitimement envisager qu'il sera opérationnel pour les périodes pluvieuses de l'automne 2009...

Objectifs concrets : les bassins de rétention permettent d'écrêter les pointes de crues par stockage temporaire. Les objectifs chiffrés envisagent une diminution du niveau d'eau de 20 à 80 cm selon les endroits pour une crue décennale et jusqu'à 1 m pour une crue centennale. (La baisse la plus sensible sera observable sur les secteurs où le cours d'eau se resserre).

Descriptif des aménagements :

  • Aménagement de 4 bassins de rétention, G, I, J et K, représentés sur la carte.
  • Aménagement à la confluence entre le Rieumassel et le Redonnel, en aval des bassins de rétention pour protéger efficacement le lotissement du Redonnel
  • Recalibrage du cours d'eau sur une portion de 200m en aval de la route de Montpellier pour faciliter l'écoulement des eaux et ainsi protéger les habitations à ce niveau.

Des bassins qui, en dehors des épisodes pluvieux sont aussi des lieux de détente : les bassins de rétention, vastes espaces naturels seront végétalisés, c'est-à-dire qu'ils seront aménagés comme des espaces verts ou des espaces de loisirs. La végétation sera régulièrement entretenue, pour répondre à deux objectifs : ne pas obstruer les bassins avec des végétaux pour conserver toute la capacité de rétention mais aussi en faire des lieux agréables. Ainsi, en dehors des épisodes pluvieux, ces dispositifs de lutte contre les inondations sont aussi des lieux de détente entretenus et aménagés.

Entretien du Rieumassel
Qu'en est-il du nettoyage du Rieumassel et des embâcles présents sur le tronçon du Rieumassel en aval des écoles ?
Il était nécessaire de procéder à une enquête publique, afin d'obtenir une Déclaration d'Intérêt Général (DIG) pour que les prestataires retenus puissent procéder au nettoyage des berges. En effet, les berges étant le plus souvent privées, l'obtention de la DIG est nécessaire pour intervenir sans encombre et de manière réglementaire les services. Dans le cadre de l'obtention de la DIG, le traitement des embâcles sera traité. L'enquête publique a eu lieu du 15 mai au 23 juin 2006. Le commissaire enquêteur a remis un avis positif pendant l'été 2006.

Inondations et gestion des inondations à Grabels : Elaboration : S. Defossez, 2009 avec la collaboration de J-L Pagès
Nature de la crue : Les crues à Grabels (définies par le PPR)
Le risque inondation est induit par ruissellement urbain et débordement de ruisseau et rivières. Le PPRi concerne « la Mosson » qui prend sa source sur la commune de Montarnaud et se jette dans le Lez  avant l’étang de l’Arnel, 40 km plus bas./.

Lire la suite (doc pdf)

Carte zone inondable de Grabels

Le Rieumassel

Plan de lutte contre les inondations : Projet d'aménagement du Rieumassel
Le Rieumassel, affluent rive gauche de la Mosson, prend sa source au niveau de Valmaillargues, à 1.5 km au nord-est de Grabels. C'est un petit ruisseau au régime très irrégulier qui ne coule que par fortes pluies.

Le climat méditerranéen, caractérisé par des précipitations brutales en hiver (plus de 200mm en 24 heures) et des périodes de sécheresse prolongées, allié à l'imperméabilité relative des sols, occasionnent des crues régulières et des inondations qui peuvent toucher des zones urbanisées. Par contre, dès la fin des pluies de printemps, le lit est à peine humide. Pendant les mois d'été, le Rieumassel présente un débit d'étiage nul.

Objectif des aménagements :
L'objectif est de lutter contre les inondations sur les lieux habités de la commune de Grabels et de diminuer les dégâts d'érosion au niveau des parcelles riveraines et sur les ouvrages publics. L'opération consiste à stocker de l'eau en amont des zones urbanisées dans des bassins de rétention pour limiter les pointes de crues et la brusque montée des niveaux d'eau sur les secteurs sensibles.
Le rôle d'un bassin est de conserver temporairement un grand volume d'eau pendant les orages, en amont des habitations et de laisser l'eau s'écouler après les pluies, de manière à répartir et à maîtriser l'écoulement au-delà de l'épisode pluvieux. Le projet comprend également l'aménagement de la confluence Redonnel / Rieumassel et le recalibrage du lit du Rieumassel sur une longueur de 200 m. La montée des eaux sera ainsi limitée et l'écoulement sera facilité par l'élargissement du lit mineur.

Localisation des aménagements
Les lits des cours d'eau Redonnel et Rieumassel, se situent entièrement sur la commune de Grabels, de leur source (amont de la RD 127) jusqu'à leur confluence avec la Mosson. La nature des aménagements est définie en fonction d'une étude hydrologique et hydraulique prenant en compte l'ensemble du bassin versant. Le secteur concerné par les aménagements correspond à la plaine située à l'est de Grabels.

Les sites concernés, en amont des zones habitées, sont essentiellement occupés par des prés, friches et champs agricoles. Le choix de ces sites est déterminé en fonction de la consistance des sols, de leur emplacement dans des zones inondables dépourvue d'habitations et de l'intégration des aménagements dans l'environnement.

Description des aménagements
4 bassins de rétention sont prévus, d'un volume de 19 000 m3 à 61 000 m3. Ils sont dimensionnés de telle sorte qu'une une crue centennale n'affecte pas les zones habitées.

Localisation des bassins :
- Sur la branche ouest du Rieumassel, en amont de la RD 127 - capacité : 25 000 m3
- Au niveau du Mas Franquet, en amont du chemin du Salinier - capacité : 19 000 m3
- Sur la branche est du Rieumassel, en amont de la RD 127 - capacité : 29 000 m3
- Au lieu-dit "l'Arbre Blanc"- capacité : 61 000 m3 (Zone qui mérite une attention toute particulière du fait de sa proximité avec les zones habitées).
- L'aménagement du confluent du Redonnel, zone où les habitations sont fréquemment inondées, consiste en l'endiguement et le remodelage (élargissement de 0.5 m) du lit de la rivière. Le raccordement des deux cours d'eau subira des enrochements.
- Le recalibrage du lit du Rieumassel consiste à élargir le lit mineur sur 200 m en aval de la RD 127. Le Rieumassel atteindra une largeur de 13 m environ, il pourra alors accueillir un débit d'eau plus important. Dans ce secteur, des arbres seront disposés le long des berges, afin de prévenir tout phénomène d'érosion.

Pour chacun de ces aménagements, le projet prend en compte l'impact paysager. Les enrochements seront recouverts de végétaux pour redonner un aspect naturel au cours d'eau. Les zones de retenue ne seront pas clôturées. Des équipements de loisir (terrains de sport ou aires de repos pourront y être installées).

Incidence des aménagements, étude d'impact :

Les études hydrologique et hydraulique, menées pour évaluer les incidences et les impacts de ce type d'aménagements prennent en compte l'ensemble du bassin versant. Elles envisagent une baisse sensible des hauteurs d'eau pendant les épisodes de fort débit. Les débordements lors des crues centennales ne concerneront alors que les zones non urbanisées. Une baisse de plus de 50 cm sur les lieux habités est envisagée . Ces aménagements auront également un impact positif sur les débits de crues de la Mosson. D'un point de vue environnemental, ces études montrent que le caractère intermittent du ruisseau ne permet pas l'existence d'une faune aquatique et terrestre pérenne. La diversité de la flore est très restreinte également. L'impact sur la faune et la flore est donc très limité.

Coût :
Le coût total de ces opérations est estimé à 3 441 082 € TTC. Ce coût d'investissement ne comprend pas les acquisitions foncières. Le projet étant destiné à protéger les habitations contre les inondations, les subventions pourraient atteindre 85% du coût des travaux. Les partenaires financiers seraient le Conseil Général de l'Hérault, le Ministère de l'Environnement et la Région Languedoc-Roussillon. Le reste, soit environ 15% du coût, serait à la charge de la commune.