Tribune de l'opposition

Tribune de l'opposition n°11 - Octobre 2016

« UN ETE EN PENTE DOUCE »

…En espérant que cette formule s’applique à tous, nous souhaitons avant tout remercier les élu(es) et bénévoles qui ont su préserver nos forêts et garrigues cet été.
Aussi, lors des derniers Conseils municipaux, nous avons débattu de sujets très sensibles. Sans revenir sur les tergiversations de la préparation et du vote qui s’en est suivi concernant le budget primitif et le compte administratif laissant apparaître un déficit de
314 000 €, nos finances sont en grande fragilité. Nous avons voté CONTRE ce budget face au manque d’anticipation dans la gestion communale.
En effet, d’une part la majorité n’a ni mesuré ni anticipé les conséquences du choc financier lié à la création et la transition vers la Métropole et d’autre part, l’absence de contrôles rigoureux sur les dépassements des coûts (multiples avenants démesurés concernant les principaux investissements décidés par la majorité (maison commune, stade Serge Oltra). Et sans compter le remboursement de la dette (emprunts) qui s’alourdit d’année en année.
Résultat : une augmentation considérable et prévisible des impôts locaux avec +13% de taxe foncière, +10% de taxe d’habitation et +9% de taxe foncière non bâti.
Nous avons clôturé le 1er semestre de l’année par un important débat sur l’aménagement du quartier de GIMEL qui demeure un enjeu majeur pour le développement et l’avenir de Grabels.
Dans le SCOT,  il est perçu comme une zone prioritaire à haute valeur ajoutée. Ces qualificatifs sont séduisants mais comment répondre aux questions qui ont été posées et  concevoir un plan d’ensemble qui relie le cœur du village, la Valsière, sa zone industrielle et commerciale, Euromédecine, la Delteillerie et GIMEL ?
Aucune solution n’a encore été trouvée ... Toutefois, la possibilité de créer une ZAC nous permet de conserver la maitrise de l’urbanisation et de ne pas confier cette gestion à l’Etablissement Public Foncier qui n’aura probablement pas les mêmes objectifs d’aménagement que les nôtres. Il s’agit tout de même d’un projet enthousiasmant qui doit correspondre aux aspirations de la majorité des Grabellois ; d'autant qu'après la pente douce, la rentrée "financière" de septembre ressemble plutôt à une pente rude.

Liste “Union Grabels 2014”
Jean-Paul Aubrun, Sandra Connes,
Catherine Foucherand Gandrille,
Monique Lanot, Ayoub Mzali

Tribune de l'opposition n°10 - Juin 2016

Dérive et improvisation

Nous avions, dans nos précédentes tribunes, annoncé une augmentation inévitable des impôts locaux compte tenu de la dérive de la gestion municipale et ses conséquences sur la situation financière de la commune. Et bien nous y sommes, Monsieur le Maire l’a fait. Les chiffres et les indicateurs sont accablants :
- le compte administratif 2015 est en déficit sur la section de fonctionnement de 324 000 €. En novembre 2015, la majorité a présenté un budget qui surévaluait artificiellement les recettes de fonctionnement pour faire apparaître une capacité d’autofinancement, quelle preuve de transparence et de sincérité !
- la dette explose inévitablement et
le taux d’endettement atteint 2350 € par habitant alors que la moyenne de la strate est de 932 €. Le montant des
emprunts frise les 17 millions d’euros sur 25 ans voire plus. L’annuité de
125 000 € pour l’achat du château n’a pas pu être versée, la dette sera étalée sur 5 ans.

En conséquence, malgré les promesses électorales, les taux d’impositions de la commune augmenteront de 10% pour la taxe d’habitation et de 13% pour la taxe foncière plaçant Grabels parmi les communes les plus fiscalisées de sa strate.
L’équipe d’opposition a donc voté contre le compte administratif 2015 et contre le budget 2016 qui repose sur des hypothèses qui ne nous paraissent pas sincères et notamment l’absence d’économies. Le Maire ne renonce à rien et se drape dans une posture purement «  politique » qui démontre ses limites.
Il n’y a pas de véritable stratégie, les priorités ne sont pas définies. L’incapacité à faire de vrais choix (notamment d’investissement), encore moins d’avoir un programme d’économies ou de rationalisation des dépenses montre à quel point la majorité ignore la réalité. Mais le plus grave est sans doute le manque d’anticipation et de n’avoir rien vu venir, malgré notre vigilance, nos alertes et nos questionnements.

Gouverner c’est prévoir. Comme au niveau national, nous sommes victimes d’une forme d’irresponsabilité : où va la France et où va Grabels ??

Liste “Union Grabels 2014”
Jean-Paul AUBRUN, Sandra CONNES, Catherine FOUCHEYRAND GANDRILLE, Monique LANOT, Ayoub MZAI

Tribune de l'opposition n°09 - Mars 2016

Grabels, loin de la crise économique, dans l’ignorance de la dette publique

Une bonne gestion de la ville doit veiller à prendre des décisions en fonction de l’intérêt général. Nous devons rester très vigilants pour l’avenir : ceci suppose une présence active dans les discussions et contribuer encore davantage au débat économique rigoureux dans les dépenses, en exerçant notre mandat avec rigueur et compétence pour rendre le meilleur service au meilleur coût.

La commune emprunte et c’est normal, car il n’y a aucune raison pour que ses dépenses d’investissement (qui doivent être amorties sur plusieurs années) soient couvertes par les recettes courantes de l’année. Les générations futures seront les bénéficiaires des investissements dans le domaine de l’infrastructure et de l’éducation. Mais cette dette publique, toute légitime qu’elle soit, l’est beaucoup moins quand elle sert à financer un trou dans les finances publiques créé par des dépenses discutables : budget colossal investi pour notre nouvelle Mairie, rachat du Château de Grabels avec aménagements extérieurs, projet inabouti d’un restaurant en lieu et place de l’ancienne crèche municipale, aménagement de l’ancienne mairie…

Avec la mise en place de la Métropole et son transfert de compétences (gestion désorganisée des ordures ménagères, aménagements de voierie différés, transferts de personnels), la commune doit en plus faire face à des difficultés organisationnelles et laisse passer les échéances prévues (révision du PLU différée, intégration ratée de la commune dans le Papi II). Contrairement à ce qui avait été annoncé, la commune prévoit une hausse « murmurée » mais non chiffrée de la fiscalité afin de pallier les baisses de dotation de l’état. Mais où sont les économies et la réduction du recours à l’emprunt ? On nous annonce déjà la mobilisation d’une ligne de trésorerie de 700 K€ pour gérer les affaires courantes, rien ne prédit qu’elle ne sera pas transformée en crédit permanent.

Il est vrai que la commune n’a pas à rembourser la dette permanente, mais seulement à garantir qu’elle pourra en servir les intérêts. Ce serait bien si les contribuables pouvaient en faire autant !

Liste “Union Grabels 2014”
Jean-Paul AUBRUN, Sandra CONNES,
Catherine FOUCHEYRAND GANDRILLE,
Monique LANOT, Ayoub MZALI

Tribune de l'opposition n°08 - Nov/Déc 2015

A la suite du dernier conseil municipal plusieurs projets méritent d’être commentés car ils alimenteront les débats pour les mois et les années à venir :

En premier lieu : l’école de la Valsière qui constitue bien un « groupe scolaire » comme nous le revendiquions puisqu’il s’agit d’un projet global, en espérant que les demandes de subventions aboutiront compte tenu de l’importance du projet et de la situation de la commune.

Ensuite, l’avenir de l’ancienne mairie et ses annexes reconverties en locaux administratifs pour associations ainsi qu’en gîte communal pour « pèlerins » ou lieu culturel de proximité, un mélange des genres incertain et un coût certain pour la commune même si les travaux seront réalisés en partie en régie.

Quant au château, en faire un lieu de festivités en profitant du parc. Même si on peut le concevoir, il serait intéressant de connaître l’avis des riverains. Les autres projets : l’installation d’une annexe de l’Agence Française de la Biodiversité, de l’Onema et d’un jardin bio mérite d’être précisée ; mais il faudra aussi réaménager le reste du château (avec quels moyens ?), donc un coût supplémentaire en investissement.

Pour la prévention des inondations, le rapport d’études (EGIS) vient d’être remis ; le PAPI 2 (Programme de prévention des risques inondations) devra être modifié pour tenir compte des propositions ainsi que le PPRI au niveau communal mais vraisemblablement aussi le PLU et nous le souhaitons. Les conséquences financières en seront lourdes pour la commune indépendamment des aides possibles puisque d’ores-et-déjà 700 000 euros d’investissement lui incombent directement ; ce dossier constitue néanmoins une priorité.

Le foisonnement des projets tous azimuts nécessite de définir des priorités (groupe scolaire de la Valsière et prévention des inondations), de faire des choix et de gérer avec rigueur comme le préconise le récent rapport de la Cour des Comptes sur les dépenses de fonctionnement  des collectivités et en particulier sur les moyens en personnel, dans un contexte que nous connaissons notamment lié à la baisse des dotations de l’Etat.

Nous n’en prenons pas le chemin, et cela conduira inévitablement à l’augmentation sensible des impôts locaux dès 2016.

Liste “Union Grabels 2014”
Jean-Paul AUBRUN, Sandra CONNES,
Catherine FOUCHEYRAND GANDRILLE,
Monique LANOT, Ayoub MZALI

Tribune de l'opposition n°07 - Sept/Oct 2015

La saga continue entre utopie et réalité

Adopté par le Conseil municipal du 13 Avril 2015, le budget primitif pour l’année 2015 illustre parfaitement l’absence totale de stratégie de la majorité face à l’évolution des finances des collectivités territoriales, pourtant clairement annoncée depuis plusieurs années au plan national avec une réduction sensible des dotations d’État. Confronté à ce défi, la majorité municipale présente un budget faisant apparaître des dotations de 810.000€ contre 629.645€ réellement distribués, un écart qu’il faudra bien pallier ! Mais nous resterons attentifs face à la magie qui va opérer!

Le projet de création d’une deuxième école, qui ne sera pas financé que par des subventions, vient d’être en partie grignoté par l’achat du château de Grabels, avec un crédit vendeur sur trois ans, ce qui prouve que la commune ne dispose pas des fonds nécessaires. Cette acquisition ne s’inscrit pas dans un projet bien établi et prouve une fois encore la gestion hasardeuse de la majorité : quel que soit le projet, ilnous coûtera cher !

Les investissements en cours de la commune impactent directement les dépenses, en raison des emprunts spécialement dédiés, mais aussi des charges de fonctionnement futures. Nous venons encore de dépenser 185000€ pour acheter du mobilier pour la maison commune alors que le maire affirme ne pas détenir 30000€ pour financer un bus scolaire supplémentaire : 18 enfants de la Valsière sont évincés du transport scolaire et devront rejoindre l’école par leurs propres moyens car il n’y a que 112 places dans les bus existants.

La présentation d’un programme pluriannuel d’investissement et une gestion budgétaire maitrisée et réaliste auraient pu rassurer les administrés : ce ne sera pas le cas.

Au final, on constate une absence totale de stratégie budgétaire. La majorité prend le risque de faire supporter à la commune une lourde dette avec des marges de manœuvre de plus en plus faibles.

La municipalité devra faire des choix et arbitrer ses maigres possibilités au risque de se renier en proposant comme seul projet pour l’avenir l’accroissement de la pression fiscale.

Liste “Union Grabels 2014”
Jean-Paul AUBRUN, Sandra CONNES, Catherine
FOUCHEYRAND GANDRILLE, Monique
LANOT, Ayoub MZALI

Tribune de l'opposition n°06 - Mai/Juin 2015

Alors que sur tout le territoire la période est aux restrictions budgétaires ; à Grabels on joue « l’optimisme » et le « toujours + » :
… + de dépenses de fonctionnement :
+ 9,6% de charges de personnel soit 54% des dépenses totales de fonctionnement ;
… + d’endettement : les charges financières passent de 396 000€ à 499 000€ en 2015 (soit une dette de 1 920€/habitant alors que la moyenne de la strate se situe à 970€/habitant). Alors que la baisse de la dotation de l’Etat est généralisée en France ; à Grabels, nous passons artificiellement de 680 000€ à 740 000€ de dotation pour justifier d’un peu d’autofinancement ;
… + d’investissements en cours comme :
- la maison commune : les prévisions des travaux s’élevaient à 6 800 000€ TTC (Cf. conseil municipal du 02/04/12) et nous atteignons 8 700 000€ TTC en 2015,
- le stade Serge Oltra : 900 000€ TTC prévus et nous atteignons les 1 200 000€ TTC en 2015 alors que sur les 250 enfants inscrits au club de foot, seulement 50 habitent la commune de Grabels.
Aussi, le choix des investissements à venir reste discutable comme la construction « dans l’urgence » d’une école à la Valsière (8 maternelles + 2 CP). En effet, l’école actuelle sature malgré un agrandissement effectué pour 900 000€ mais pourquoi ne pas avoir anticipé la construction d’un groupe scolaire (de la maternelle au CM2) avec des équipements sportifs et culturels à mi-chemin entre les quartiers de la Valsière et du centre du village ?… cela aurait permis de renforcer le lien social et de pérenniser l’avenir de nos enfants pour un temps.
Mais, priorité a été donnée à des opérations dispendieuses au détriment de projets répondant aux réels besoins de la population (prévention et sécurité en particulier).
Les recettes stagnent, les subventions diminuent, les emprunts augmentent et les charges liées à l’intégration à la Métropole s’accroissent (520 000€ en 2015) … il semble qu’à Grabels, on mise davantage sur sa bonne étoile que sur la réalité !

Liste “Union Grabels 2014”
Jean-Paul AUBRUN, Sandra CONNES, Catherine FOUCHEYRAND GANDRILLE, Monique LANOT, Ayoub MZALI

Tribune de l'opposition n° 02 - Juillet 2014

Chers amis, grabelloises, grabellois...

Tribune de l'opposition n° 29 - Février 2014

DERNIER CONSEIL, DERNIERE TRIBUNE